50ème Semaine nationale des Instituts de vie consacrée : Les personnes consacrées, un don de vie dans l’Église et dans le tissu social

Mai 26, 2021 | 25ème et 50ème anniversaire, Instituts de Vie Consacrée, Santiago, Spiritualité

Madrid, Espagne. Ces Semaines nationales des Instituts de vie consacrée qui, les années précédentes, ont précédé celle célébrée cette année, ont été marquées par divers événements ecclésiaux, comme l’Année de la vie consacrée, l’Année de la miséricorde ou le Synode des jeunes. Nous pourrions nous souvenir avec une affection particulière de la présence du cardinal Luis Antonio Tagle en 2015. Ou la visite du cardinal Philippe Barbarin, deux hommes à la personnalité extraordinaire, dotés d’une vision ecclésiale universelle et d’une haute formation théologique.

Cette année, la traditionnelle rencontre des religieux en Espagne, organisée par l’Institut Théologique de la Vie Religieuse (ITVR) avait une double impulsion, ad intra et ad extra. Le premier était de jeter un regard reconnaissant sur ces cinquante premières années de vie de l’Institut, un jubilé d’or qui nous invitait à nous rappeler que les portes de l’ITVR sont toujours restées ouvertes à la recherche, au dialogue et au soutien mutuel à la suite de Jésus et de l’annonce de son Évangile du Royaume. Le second a tourné autour de l’urgence missionnaire d’une vie consacrée qui se déplace, témoigne et travaille au milieu de la société, contribuant de manière décisive à la construction du bien commun. Également face au coronavirus. L’interdépendance et la solidarité sont devenues plus présentes et indispensables que jamais.

La crise du covid-19 nous a appris qu’être communauté signifie être uni de façon permanente dans la communion ecclésiale pour la vie du monde. C’est sous ces paramètres qu’a été programmée la 50e Semaine nationale des Instituts de vie consacrée, qui s’est déroulée du 17 au 22 mai, dans les jours précédant la Pentecôte. Six jours de réflexions éclairantes et de formation solide, retransmis pour la première fois cent pour cent en ligne, et qui ont compté avec la parole et la proximité, entre autres, du Pape François, des cardinaux João Braz de Aviz, Cristóbal López Romero, ou Aquilino Bocos Merino, et aussi d’autres missionnaires clarétains de solvabilité académique accréditée et de grande expérience d’enseignement, comme Gonzalo Fernández Sanz, José María Vegas ou Manuel Jesús Arroba Conde.

Le programme s’articule donc autour d’une proposition difficile à battre : “Consacré pour la vie du monde”. Selon les mots du directeur de l’ITVR, le Dr Antonio Bellella Cardiel, organisateur de ces journées, “avec ces journées, nous voulons offrir une petite provocation: consacrés par, dans et pour le monde et la vie du monde”, car “notre mode de vie, nos ordres et nos congrégations ne sont pas en dehors de la société”.

Sentire cum Ecclesia

En effet, les personnes consacrées se déplacent et travaillent au milieu de la société et pour réfléchir à cet appel à être un levain évangélique pour le monde, le premier et le dernier jour des conférences ont été réservés. Mgr Luis Ángel de las Heras, évêque de León et religieux clarétain, a présenté un exposé intitulé “La vie consacrée au rythme du peuple de Dieu”. Gonzalo Fernández Sanz, CMF, Préfet Général de la Spiritualité, a mis l’accent sur la nécessité d’une plus grande profondeur spirituelle pour continuer à être une parole de service, d’authenticité et de témoignage. Marta García, professeur à l’Université de Comillas, a souligné la dimension prophétique. “C’est pourquoi la vie consacrée ne peut pas vivre dans la peur. Si elle le faisait, elle permettrait que la vérité soit emprisonnée dans le mensonge”.

Arturo Sosa, Supérieur Général de la Compagnie de Jésus et de l’Union des Supérieurs Généraux, ainsi que le Préfet de la Congrégation pour les Instituts de Vie Consacrée et les Sociétés de Vie Apostolique, le Cardinal João Braz de Aviz, et la présidente de l’Union Internationale des Supérieurs Généraux, M. Jolanta Kafka, une religieuse clarétaine. João Braz de Aviz et la présidente de l’Union Internationale des Supérieurs Généraux, M. Jolanta Kafka, une religieuse clarétaine. Et, surtout, les mots d’encouragement du Pontife Romain, le Pape François, qui a également eu une reconnaissance reconnaissante envers le travail du Card. Aquilino Bocos en faveur des consacrés dans le monde entier.

La vie consacrée dans le tissu social

Entre les deux, pendant les journées de mardi, mercredi, jeudi et vendredi, la vie consacrée a été confrontée au tissu social à partir des réalités où les religieux veulent continuer à être présents. De l’Amérique du Nord et du Sud, les religieuses Liliana Franco et Teresa Maya, qui ont offert un panel avec Xiskya Valladares, ont parlé de la vie religieuse comme une maison de soins et de réseau. Le même jour, dans le cadre de la mission que cette province clarétaine a en Russie, le Père Vegas a offert sa conférence sur les valeurs sur lesquelles sont basées nos sociétés post-modernes. Pour repenser le travail d’assistance de l’Église dans ses tâches de soin, de guérison et d’enseignement, il y a eu des voix comme celles du jésuite Alberto Ares, du Service Jésuite des Migrants, de Pedro José Huerta Nuño, Secrétaire Général des Écoles Catholiques ou de Sœur Carmen Mora, Supérieure Générale des Sœurs de la Charité de Sainte Anne. Le cardinal Cristóbal López a également parlé des périphéries. Cristóbal López Romero, du Maroc. Son intervention était basée sur son témoignage et son expérience en tant que religieux salésien. “L’évangélisation est, avant toute chose, une question de témoignage. ” À travers un témoignage sans paroles, ce sont aussi des questions irrésistibles qui sont soulevées. L’évangélisation n’est pas une question de paroles, de micro et de haut-parleur. C’est une question de vie”, a-t-il insisté.

Manuel J. Arroba Conde, CMF, doyen de l’Institut théologique Jean-Paul II de Madrid, était l’orateur principal. Et comme il est d’usage dans les dernières éditions de la Semaine de la vie religieuse, un espace a été ouvert pour d’autres formes de consécration. En particulier, la journée de mercredi a été consacrée à la ” laïcité consacrée “, avec des interventions comme celle de la présidente du CEDIS, María José Castejón Giner, et le colloque qui a suivi entre Lucio Arnaiz, responsable des prêtres du Prado, Margarita Saldaña, des Petites Sœurs du Sacré-Cœur de Charles de Foucauld, et Sœur Teresa Rodríguez, de la Fraternité missionnaire Verbum Dei.

Pour clore ces journées de réflexion et de rencontre, auxquelles ont participé plus de deux mille consacrés des cinq continents, les cardinaux Bocos et Osoro ont pris la parole. Ce dernier, également archevêque de Madrid, l’a fait avec un discours accessible et un zèle pastoral conforme à l’exercice de son ministère, puisqu’il a commencé il y a six ans dans ce diocèse avec une affection particulière pour la vie consacrée en général et pour l’Institut en particulier. Enfin, le cardinal Bocos Merino a résumé que “ces jours ont montré que la vie consacrée est une réalité vivante qui marche avec le peuple de Dieu”. Il a ajouté: “La vie consacrée est un pur miracle et a un avenir car elle est l’œuvre de l’Esprit. Personne ne peut la légitimer par un effort humain”. Enfin, le missionnaire Antonio Bellella, au nom de l’ITVR, a conclu: “Ceux qui connaissent la vie consacrée de l’intérieur ne peuvent pas nier certaines évidences qui indiquent que quelque chose de nouveau est en train de naître et qu’il a trouvé dans cette Semaine un espace pour être témoigné”.

 

Avec une grande équipe de personnes

Cette édition de la Semaine, la première en ligne, n’a pas fait exception. Le visible a été rendu possible par l’invisible, ce que les participants louent et remercient depuis des décennies. Une douzaine de professeurs de l’Institut et de son école sœur (Regina Apostolorum) ont pris la parole en tant que modérateurs et présentateurs. Une importante équipe de personnes, laïques et religieuses, a travaillé pour assurer le bon fonctionnement technique des émissions et leur présentation aux médias. Plusieurs centaines de personnes ont enrichi les discussions et les réflexions par leurs commentaires en ligne et quelques-unes les ont soutenues par leurs prières, qui ont également constitué un élément très important de chacune des sessions. Le groupe de musique Ain Karen, lié à la famille Vedruna et exemple de collaboration inter-congrégations, a également contribué au succès de la semaine, suivie pour la première fois, grâce à la technologie, depuis les cinq continents.

Comme cela arrive souvent dans le monde universitaire, la clôture de la 50e Semaine nationale des instituts de vie consacrée a marqué le début de sa cinquante et unième édition. Continuons à profiter du voyage!

Tiré de © Misioneros Claretianos Provincia de Santiago

Catégories

Les archives

Un Claretáin inspire un roman

Un Claretáin inspire un roman

Un roman écrit par le Colombien Héctor Abad, auteur de romans connus tels que "El olvido que seremos", vient de paraître en octobre. Le titre de ce dernier roman est "Salvo mi corazón, todo está bien" (Sauf mon cœur, tout va bien). Un roman sur les prêtres écrit par...

claretian martyrs icon
Clotet Year - Año Clotet
global citizen

Documents – Documentos