Saint-Antoine-Marie Claret

Biographie de Saint Antoine Marie Claret

Enfance et jeunesse au milieu des métiers à tisser

Au milieu des métiers à tisser, Antonio Claret jette les bases de sa vie. Il vit au sein d’une famille dédiée à la fabrication de textiles et, à 17 ans, il part à Barcelone pour se spécialiser dans ce domaine, ce qui le place au centre de l’essor industriel du XIXe siècle.

.

Sallent

.

Antonio Juan Adjutor Claret Clará est né à Sallent (Barcelone), à une quinzaine de kilomètres de Manresa, le 23 décembre 1807, dans une famille profondément chrétienne. Deux jours plus tard, le jour de la fête de la Nativité du Seigneur, ses parents, Juan et Josefa, le font baptiser dans l’église paroissiale de Santa Maria. Antonio est le cinquième de onze enfants, dont cinq meurent avant leur cinquième anniversaire. Il grandit dans une maison dédiée à la fabrication de textiles. Quelques mois seulement après sa naissance, le rythme des métiers à tisser est ruiné par le déclenchement de l’invasion française et de la guerre d’indépendance. L’atmosphère de violence et d’insécurité ne l’accable pas, au contraire, elle renforce son tempérament infantile. Bien qu’il soit porté sur les épaules de quelqu’un pour échapper aux combats pendant les premières années de la guerre, alors qu’il n’a que quatre ou cinq ans, il est assez courageux pour accompagner et guider son grand-père âgé qui, étant presque aveugle, a été laissé derrière lui dans l’obscurité.

Petit Anton trouve la paix et la sérénité.

Le petit Anton trouve la paix de l’esprit et la force dans son amitié avec Jésus, qu’il rencontre dans l’Eucharistie, ainsi que dans sa dévotion à la Vierge Marie, dont il visite souvent la chapelle à Fussimanya avec sa sœur Rosa en priant le chapelet. Son cœur d’enfant est tendre et touche la douleur des autres. A cinq ans, il pense souvent à la misère éternelle de ceux qui sont condamnés. Ce sentiment le rend désireux d’aider tout le monde à vivre selon la volonté de Dieu et d’éviter ainsi les souffrances éternelles.

À l’âge de douze ans, il entend l’appel de Dieu à être prêtre, ainsi, son père le met à l’étude du latin. Mais l’école est malheureusement fermée par les ordres du gouvernement ; alors son père le met à travailler au métier à tisser familial. Conscient de son talent pour la fabrication, il se rend à Barcelone pour suivre une formation complémentaire dans le domaine du textile. Il travaille et étudie avec un tel dévouement que cela devient bientôt une obsession. Ses prières deviennent beaucoup plus courtes et moins enthousiastes que dans son enfance, même s’il assiste toujours à la messe dominicale et prie régulièrement le chapelet. Il oublie progressivement son désir d’être prêtre, mais Dieu le conduit selon ses plans.

La force de la parole de Dieu le conduit

.

Le jeune Antonio s’interroge sur son identité. Parmi de nombreuses propositions pour la fonder sur le progrès et le succès, la Parole de Dieu l’émeut, elle le relocalise et le met sur la voie de suivre Jésus missionnaire.

La force de la Parole de Dieu le conduit.

Alors qu’il vit à Barcelone, il subit de dures déceptions : la trahison d’un ami qui le vole, lui et les autres, la séduction d’une femme qui cherche à l’amener à satisfaire ses passions et, surtout, le choc d’être sur le point de se noyer en mer. Le jeune Antonio fait l’expérience de la proximité de la Vierge Marie, qui le protège des tentations et le sauve de la mort, et de la puissance de la Parole de Dieu qui bouleverse le monde confortable de ses projets et de ses rêves de réussite. Le texte de l’Évangile “Que gagnera-t-on à gagner le monde entier si l’on se détruit soi-même ?” (Mth16, 26) secoue sa conscience. Malgré quelques offres pour monter sa propre usine, il refuse de satisfaire les désirs de son père et décide de tout abandonner pour devenir chartreux.

C’est alors qu’il entre au séminaire de l’Université de Paris.

Il entre au séminaire de Vic à 22 ans, sans renoncer à son intention de devenir moine. Sur le chemin de la Cartuja de Montealegre l’année suivante, un rhume pris sous un gros orage l’oblige à battre en retraite, et ses rêves de vie retirée commencent à s’estomper. Il poursuit ses études au séminaire de Vic. A cette époque, il subit une forte tentation contre la chasteté, dans laquelle il reconnaît l’intercession maternelle de la Vierge Marie en sa faveur et surtout la volonté de Dieu, qui veut qu’il soit missionnaire, évangéliste.

.

Vic Cathedral

.

Bien qu’il n’ait pas terminé ses études de théologie, le 13 juin 1835, il est ordonné prêtre car son évêque, Paul de Jesus Corcuera, a vu quelque chose d’extraordinaire dans sa personnalité. Il reste quatre ans à Sallent, où il termine ses études et fréquente la paroisse de sa ville natale. La force de la Parole de Dieu le déstabilise à nouveau ; cette fois, il quitte le confort de la paroisse et suit l’appel à évangéliser comme missionnaire. La situation politique de la Catalogne, divisée par la guerre civile entre libéraux et carlistes et la situation instable de l’Église sous la pression constante des gouvernants, ne laisse pas d’autre solution à Antonio que de quitter sa patrie et d’offrir ses services directement à Propaganda Fide, alors chargée de la tâche d’évangélisation dans le monde entier.

Après un voyage plein de dangers, il arrive enfin à Rome. Il profite de quelques jours libres pour faire des exercices spirituels avec les jésuites. Le directeur l’encourage à demander son entrée dans la Compagnie de Jésus. Au début de 1840, quatre mois après avoir commencé son noviciat, il souffre d’une forte douleur à la jambe droite qui l’empêche de marcher. La main de Dieu se fait sentir. Le Père Général des Jésuites, Jan Roothaan, dit résolument : ” C’est la volonté de Dieu que tu retournes bientôt en Espagne ; n’aie pas peur ; courage “.

.

Un missionnaire avec un baluchon en Catalogne et dans les îles Canaries

.

Une Bible, des vêtements de rechange et une carte sont tout ce que contenait le baluchon qu’il avait l’habitude de porter dans ses innombrables voyages missionnaires. Pauvre et à pied, il a traversé la Catalogne et les îles Canaries ; tous les gens l’ont reconnu à sa pauvreté, à son style amical et à sa passion missionnaire.

.

De retour en Catalogne, le vicaire capitulaire du diocèse de Vic, Luciano Casadevall, l’envoie à la paroisse de Viladrau. Là, en l’absence de médecins et grâce à sa connaissance du pouvoir curatif des plantes des montagnes du Montseny, il sert à juste titre les malades et acquiert une renommée de guérisseur. Son souci missionnaire étant toujours présent, le 15 août 1840, il décide d’effectuer sa première mission populaire. Comme la paroisse est bien assistée, il peut aller prêcher des missions dans les villages voisins. Son supérieur, conscient de sa vocation apostolique et des fruits de ses prédications, le libère d’un service paroissial et le laisse s’engager dans les missions. A partir de janvier 1841, il s’installe à Vic et se consacre pleinement à parcourir les différents villages du diocèse. Par souci de communion avec la hiérarchie et les facultés pastorales concernées, il demande à Propaganda Fide le titre de “Missionnaire apostolique” qu’il remplit de contenu spirituel et apostolique.

Vue De Matagalls Surplombant Une Partie De Catalunya

.

Il parcourt une grande partie de la Catalogne entre 1843 et 1848, prêchant la Parole de Dieu, toujours à pied, sans collecter d’argent ou de cadeaux pour son ministère. Cela le pousse à imiter Jésus-Christ et les apôtres. Malgré sa neutralité politique, il va bientôt subir des persécutions et des calomnies de la part de ceux qui l’accusent de favoriser les partis les plus conservateurs. Dans chaque lieu, il prêche des missions à la population et dirige des retraites pour les prêtres et les religieux. Il découvre bientôt qu’également d’autres moyens d’apostolat peuvent l’aider à assurer l’efficacité et la continuité des fruits des missions : livres de prières publics, catéchismes, imprimés destinés aux prêtres, aux religieuses, aux enfants, aux jeunes, aux mariés, aux parents, etc… ; en 1848, il fonde la Bibliothèque religieuse, une maison d’édition qui, au cours de ses dix-huit premières années, lance 2 811 100 exemplaires de livres, 2 509 500 de petits livres et 4 249 200 prospectus.

Les moyens d’apostolat efficaces sont les suivants : l’enseignement, la formation, l’éducation et la recherche.

Comme moyen efficace de persévérer et de progresser dans la vie chrétienne, il fonde ou promeut des confréries religieuses, dont la Confrérie du Cœur Immaculé de Marie, et écrit le livre ” Filles du Cœur Béni et Immaculé de Marie “, qui finira par inspirer la naissance de l’institut séculier d’affiliation cordimane.

Incapable de continuer à prêcher en Catalogne en raison du déclenchement de la deuxième guerre carliste, son supérieur l’envoie aux îles Canaries. De février 1848 à mai de l’année suivante, il couvre la majeure partie de l’île de Gran Canaria et deux localités de l’île de Lanzarote. En langage familier, on commence bientôt à l’appeler “el Padrito“. Il devient tellement populaire qu’il est copatron du diocèse de Las Palmas, avec la Virgen del Pino.

Évêque missionnaire à Cuba

Une fois consacré évêque, il reste missionnaire. Avec l’équipe du Bon Pasteur, il visite trois fois son diocèse. Il livre le pain de la Parole, de la culture et de la dignité humaine. Il est persécuté et verse son sang pour servir Dieu et les pauvres.

.

De retour en Catalogne, le 16 juillet 1849, il fonde dans une cellule du séminaire de Vic, la Congrégation des Fils Missionnaires du Cœur Immaculé de Marie. La grande œuvre de Claret commence humblement avec cinq prêtres dotés du même esprit que le Fondateur. Quelques jours plus tard, le 11 août, Mossen Anton connaît sa nomination comme archevêque de Santiago de Cuba. Malgré sa résistance et son inquiétude au sujet de la Bibliothèque religieuse et de la Congrégation des Missionnaires nouvellement fondée, il est amené, par obéissance, à accepter le poste. Il est consacré évêque le 6 octobre 1850, à la cathédrale de Vic.

.

Claret En Cuba (Pelicula Claret)

.

La situation sur l’île de Cuba est déplorable : exploitation et esclavage, immoralité publique, insécurité familiale, désaffection pour l’Église et surtout déchristianisation progressive. Dès son arrivée, le nouvel archevêque comprend que le plus nécessaire est d’entreprendre un travail de rénovation de la vie chrétienne et promeut une série de campagnes missionnaires, auxquelles il participe, portant la Parole de Dieu dans tous les villages. Il donne à son ministère épiscopal une signification missionnaire. En six ans, il a parcouru trois fois la majeure partie de son vaste diocèse. Il se sent concerné par le renouvellement spirituel et pastoral du clergé et la fondation de communautés religieuses. Pour l’éducation de la jeunesse et le soin des institutions d’assistance, il réussit à faire établir sur l’île les Escolapios, les Jésuites et les Filles de la Charité ; avec M. Antonia Paris, il fonde le couvent des Sœurs de Marie Immaculée ou Missionnaires Clarétaines le 27 août 1855. Il lutte contre l’esclavage, crée une école de ferme pour les enfants pauvres, met en place une caisse d’épargne au caractère social marqué, fonde des bibliothèques populaires, écrit deux livres sur l’agriculture, etc. Une activité aussi intense et diversifiée implique des affrontements, des calomnies, des persécutions, des attentats contre sa personne. Il subit un attentat à Holguin, le 1er février 1856, qui lui coûte presque la vie. Cela lui procure la joie des martyrs qui ont versé leur sang pour le Christ.

Royal Confesseur et apôtre à Madrid et en Espagne

.

Bien qu’il se sente comme un oiseau en cage, les années passées à Madrid sont de la plus grande maturité humaine, spirituelle et apostolique. Son influence évangélisatrice s’étend à toute la péninsule, et l’Évangile imprègne la culture populaire de son temps grâce à ses écrits et à ses initiatives.

.

La reine Isabel II le choisit personnellement comme son confesseur en 1857, et il doit donc s’installer à Madrid. Il doit se rendre au palais au moins une fois par semaine pour exercer son ministère de confesseur et s’occuper de l’éducation chrétienne de la princesse Isabel et du prince Alfonso, ainsi que des princesses qui naîtront les années suivantes. Grâce à son influence spirituelle et à sa détermination, la situation religieuse et morale de la Cour change progressivement. Il vit simplement et pauvrement.

Les normes du palais ne répondent ni au temps ni à l’esprit apostolique de Mgr Claret : il exerce une activité intense dans la ville, il prêche et confesse, écrit des livres, visite les prisons et les hôpitaux. Il profite des voyages royaux avec les Rois d’Espagne pour prêcher partout. Il promeut l’Académie de San Miguel, un projet visant à réunir des intellectuels et des artistes pour ” s’associer afin de promouvoir les sciences et les arts sous l’aspect religieux, en combinant leurs efforts pour combattre les erreurs, diffuser les bons livres et les bonnes doctrines. “

Claret En Palacio

.

En 1859, la reine le nomme protecteur de l’église et de l’hôpital de Montserrat, à Madrid, et président du monastère de l’Escorial. Sa gestion de cette institution ne peut être plus efficace et plus large : restauration de l’édifice, récupération de champs productifs pour le financement, équipement de l’église, création d’une corporation d’aumôniers, d’un séminaire interdiocésain, d’un collège d’enseignement secondaire et des premiers cours d’une université.

.

L’une de ses plus grandes préoccupations sera de doter l’Espagne d’évêques adéquats et pleinement dévoués à leur mission, de protéger et de promouvoir la vie consacrée ; à cet égard, il influence spirituellement plusieurs fondateurs et aide de nombreuses nouvelles congrégations religieuses à régulariser leur situation civile et ecclésiastique.

Il s’efforce constamment d’améliorer la qualité de la vie religieuse.

Il cherche constamment à conserver son indépendance et sa neutralité politique, ce qui lui vaut de multiples querelles. Il devient la cible de la haine et de la vengeance de beaucoup : “Bien qu’ayant toujours procédé avec une grande prudence dans ce domaine – il fait référence au favoritisme -, je n’ai pas échappé aux commérages”, déclare-t-il. Son union avec Jésus-Christ atteint un sommet dans la grâce de la conservation sacramentelle des espèces, accordée à La Granja (Ségovie) le 26 août 1861.

Le chemin final vers Pâques

Après avoir prêché à Paris et à Rome, il a le sentiment d’avoir accompli sa mission. Malade, calomnié et persécuté, il rend son esprit sur la croix de l’exil. Lui qui a cherché à imiter son Seigneur en tout temps, finalement, il a couru son chemin de Pâques.

.

Après la révolution de septembre 1868, il part avec la reine en exil. A Paris, il poursuit son ministère auprès de la Reine et du Prince des Asturies, fonde les Conférences de la Sainte Famille et se prodigue dans de nombreuses activités apostoliques, notamment en faveur des immigrés.

.

En avril 1869, à l’occasion de la célébration du jubilé d’or du sacerdoce du pape Pie IX et des travaux préparatoires du concile Vatican I, il fait ses adieux à la famille royale et s’installe à Rome, où il vit au couvent de San Adrián, les Mercédaires. Au Concile, il intervient avec passion en faveur de l’infaillibilité pontificale.

Claret Vatican I Scaled

.

Après les sessions, avec une santé plutôt brisée et ayant le pressentiment de sa mort, il s’installe dans la communauté que leurs missionnaires exilés d’Espagne ont installée à Prades (France). C’est là qu’arrivent ses poursuivants, qui cherchent à l’arrêter et à le ramener en Espagne pour le juger. Il est donc contraint de fuir comme un criminel et de se réfugier dans le monastère cistercien de Fontfroide, près de Narbonne. Dans ce monastère caché, entouré de l’amour des moines et de quelques-uns de ses missionnaires, il meurt, à 62 ans et 10 mois, le 24 octobre 1870.

0544 Scaled

.

Sa dépouille est transférée à Vic en 1897. Il est béatifié par le pape Pie XI le 25 février 1934, et canonisé par le pape Pie XII le 7 mai 1950.

.

Tombeau Actuel De Claret À Vic, En Espagne

Canonisation De Claret

.

 

St Anthony Mary Claret

AUTOBIOGRAPHIE

docx

CA Autobiografia

Size: 277.28 KB
Hits: 94
Date added: 18 - 10 - 2022
pdf

CA Autobiografia

Size: 959.48 KB
Hits: 118
Date added: 18 - 10 - 2022
pdf

DE Autobiographie 2002

Size: 2.23 MB
Hits: 86
Date added: 18 - 10 - 2022
pdf

DE Autobiographie 2008

Size: 3.66 MB
Hits: 69
Date added: 18 - 10 - 2022
pdf

EN Autobiography - Bicentennial

Size: 6.21 MB
Hits: 97
Date added: 18 - 10 - 2022
docx

EN Autobiography - Bicentennial

Size: 1.24 MB
Hits: 64
Date added: 18 - 10 - 2022
docx

EN Autobiography 1976

Size: 381.48 KB
Hits: 47
Date added: 18 - 10 - 2022
pdf

EN Autobiography 1976

Size: 1.60 MB
Hits: 72
Date added: 18 - 10 - 2022
doc

EN Autobiography 2008

Size: 3.16 MB
Hits: 46
Date added: 18 - 10 - 2022
docx

ES Autobiografia - 2008

Size: 8.18 MB
Hits: 83
Date added: 18 - 10 - 2022
pdf

ES Autobiografia - 2008

Size: 16.02 MB
Hits: 83
Date added: 18 - 10 - 2022
pdf

FR Autobiographie

Size: 2.74 MB
Hits: 69
Date added: 18 - 10 - 2022
docx

FR Autobiographie

Size: 667.09 KB
Hits: 45
Date added: 18 - 10 - 2022
docx

IT Autobiografia 1991

Size: 342.71 KB
Hits: 40
Date added: 18 - 10 - 2022
pdf

IT Autobiografia 1991

Size: 1.41 MB
Hits: 69
Date added: 18 - 10 - 2022
docx

PT Autobiografia - Brazil 2007

Size: 268.51 KB
Hits: 34
Date added: 18 - 10 - 2022
pdf

PT Autobiografia - Brazil 2007

Size: 1.14 MB
Hits: 55
Date added: 18 - 10 - 2022
pdf

PT Autobiografía - Brás Lorenzetti

Size: 1.62 MB
Hits: 56
Date added: 18 - 10 - 2022
docx

PT Autobiografía - Brás Lorenzetti

Size: 336.91 KB
Hits: 36
Date added: 18 - 10 - 2022
docx

VN Giới thiệu cho Tự truyện

Size: 53.09 KB
Hits: 34
Date added: 18 - 10 - 2022
pdf

VN Giới thiệu cho Tự truyện

Size: 941.48 KB
Hits: 60
Date added: 18 - 10 - 2022