Fondateurs

La Congrégation des Missionnaires Fils du Cœur Immaculé de la Sainte Vierge Marie, également connue sous le nom de Missionnaires Clarétains, a été fondée le 16 juillet 1849 à Vic, en Espagne, par saint Antoine-Marie Claret et cinq autres jeunes prêtres, les Pères Joseph Xifre, Étienne Sala, Dominique Fabregas, Manuel Vilaro et Jaume Clotet.
St Anthony Mary Claret

Saint Antoine Marie Claret

Antoine Jean Adjutor Claret y Clara est né à Sallent (Barcelone) le 23 décembre 1807, dans une famille de fabricant de textile. Il est le cinquième de onze enfants. Il est envoyé à Barcelone pour étudier en vue de leur entreprise. Malgré quelques offres pour monter sa propre usine, il refuse de satisfaire les désirs de son père et décide de tout abandonner pour devenir chartreux. Mais il finit par entrer au séminaire de Vic et est ordonné prêtre diocésain. Bien qu’il n’ait pas terminé ses études de théologie, le 13 juin 1835, il est ordonné prêtre car son évêque, Paul de Jesus Corcuera, a vu quelque chose d’extraordinaire dans sa personnalité. Il se rend à Rome pour offrir ses services directement à Propaganda Fide, alors chargée de la tâche d’évangélisation dans le monde entier. Pendant son séjour à Rome, il est entré dans la Compagnie de Jésus en tant que novice, mais au bout de quatre mois, on lui a demandé de partir et de retourner en Espagne.

Après être retourné en Catalogne, il se consacre aux missions populaires. Par souci de communion avec la hiérarchie et les facultés pastorales concernées, il demande à Propaganda Fide le titre de ” missionnaire apostolique ” qu’il remplit de contenus spirituels et apostoliques. Il parcourt une grande partie de la Catalogne entre 1843 et 1848, prêchant la Parole de Dieu, toujours à pied, sans collecter d’argent ou de dons pour son ministère. Cela le pousse à imiter Jésus-Christ et les apôtres. En 1848, il fonde la Bibliothèque religieuse, une maison d’édition qui, dans ses dix-huit premières années, lance 2 811 100 exemplaires de livres, 2 509 500 de petits livres et 4 249 200 brochures. Il fonde la Confraternité du Cœur Immaculé de Marie et écrit le livre “Filles du Cœur Béni et Immaculé de Marie”, qui inspire finalement la fondation de l’institut séculier de la Filiation Cordimarienne. Il est envoyé aux îles Canaries et est appelé “el Padrito”. Il devint si populaire qu’il est co-patron du diocèse de Las Palmas avec la Virgen del Pino.

Il a fondé la Congrégation du Cœur Immaculé de Marie.

Il fonde la Congrégation des Fils Missionnaires du Cœur Immaculé de Marie le 16 juillet 1849, et quelques jours plus tard, il est nommé archevêque de Santiago de Cuba et consacré évêque le 6 octobre 1850, à la cathédrale de Vic. Il fut un évêque missionnaire. En six ans, il visite trois fois son vaste diocèse. Il se sent concerné par le renouvellement spirituel et pastoral du clergé et par la fondation de communautés religieuses. Avec Antonia Maria Paris, il fonde les Religieuses missionnaires clarétaines de Marie Immaculée. Il lutte contre l’esclavage, crée une ferme-école pour les enfants pauvres, met en place une caisse d’épargne au caractère social marqué, fonde des bibliothèques populaires, écrit deux livres sur l’agriculture, etc.

La reine Isabel II le choisit personnellement comme son confesseur en 1857 et il doit donc déménager à Madrid. En 1859, la reine le nomme Protecteur de l’église et de l’hôpital de Montserrat, à Madrid, et Président du monastère de l’Escorial. Son union avec Jésus-Christ atteint un sommet dans la grâce de la conservation des espèces sacramentelles, accordée à La Granja (Ségovie) le 26 août 1861. Suite à la révolution de septembre 1868, il part en exil avec la Reine. En avril 1869, il quitte la cour royale et assiste au concile du Vatican I où il intervient avec passion en faveur de l’infaillibilité pontificale.

De retour en France, en raison des persécutions continuelles, il est contraint de fuir comme un criminel et de se réfugier dans le monastère cistercien de Fontfroide, près de Narbonne. Dans ce monastère caché, entouré de l’amour des moines et de certains de ses missionnaires, il meurt, à 62 ans et 10 mois, le 24 octobre 1870.

Sa dépouille a été transférée à Vic en 1897. Il se sent concerné par le renouvellement spirituel et pastoral du clergé et par la fondation de communautés religieuses. Avec Antonia Maria Paris, il fonde les Religieuses missionnaires clarétaines de Marie Immaculée. Il lutte contre l’esclavage, crée une ferme-école pour les enfants pauvres, met en place une caisse d’épargne au caractère social marqué, fonde des bibliothèques populaires, écrit deux livres sur l’agriculture, etc.

La reine Isabel II le choisit personnellement comme son confesseur en 1857 et il doit donc déménager à Madrid. En 1859, la reine le nomme Protecteur de l’église et de l’hôpital de Montserrat, à Madrid, et Président du monastère de l’Escorial. Son union avec Jésus-Christ atteint un sommet dans la grâce de la conservation des espèces sacramentelles, accordée à La Granja (Ségovie) le 26 août 1861. Suite à la révolution de septembre 1868, il part en exil avec la Reine. En avril 1869, il quitte la cour royale et assiste au concile du Vatican I où il intervient avec passion en faveur de l’infaillibilité pontificale.

De retour en France, en raison des persécutions continuelles, il est contraint de fuir comme un criminel et de se réfugier dans le monastère cistercien de Fontfroide, près de Narbonne. Dans ce monastère caché, entouré de l’amour des moines et de certains de ses missionnaires, il meurt, à 62 ans et 10 mois, le 24 octobre 1870.

Sa dépouille est transférée à Vic en 1897. Il est béatifié par le pape Pie XI le 25 février 1934, et canonisé par Pie XII le 7 mai 1950.

Biographie | Liturgie | Ressources | Images : Lieu de naissance – Portraits – Statues – Peintures

.

Stephen Sala Scaled

Étienne Sala

Il est né le 28 mai 1812 dans une ferme qui appartenait à la paroisse de Saint Martin de Sescors (Barcelone), distante d’une heure de Manlleu et de trois de Vic. En 1828, il commence à étudier la philosophie au séminaire de Vic et, plus tard, la théologie à Cervera. En 1839, il est ordonné prêtre. En 1843, il rencontre le P. Claret lors des Exercices spirituels que ce dernier donne aux prêtres à Gombreny. Ces Exercices signifient un changement radical pour le P. Sala. Le P. Benito Vilamitjana, futur archevêque de Tarragone, qui partageait la chambre du P. Sala, a témoigné de sa conversion. Dès lors, il a accompagné le P. Claret dans nombre de ses missions. Il est la première personne que le P. Claret recrute pour la fondation de la Congrégation à laquelle son frère Bernard se joindra plus tard. Lorsque le P. Claret s’est rendu à Cuba en tant qu’archevêque, il a nommé le P. Sala son successeur comme Supérieur Général de la Congrégation. Il a également dirigé la Congrégation des Sœurs Carmélites de la Charité, nouvellement fondée. Le P. Xifré a écrit à son sujet : “Il était de taille régulière et de figure agréable ; il avait une voix claire et une bonne diction. Il était bien élevé et instruit… Sa modestie était bien connue : sa seule présence suffisait à apaiser tout le monde… Il était très humble et doux de cœur, zélé et surtout si chaste et pur de cœur que nous n’hésitons pas à affirmer qu’il n’a jamais de sa vie perdu la grâce baptismale. Il était l’un des meilleurs talents de ce qui était alors l’Université de Cervera. Comme prédicateur, il était parmi les plus réputés de son temps dans la principauté de Catalogne”. L’abbé Claret réussit à le faire nommer comme son successeur dans l’archidiocèse de Cuba, mais la maladie et la mort de l’abbé Stephen Sala, le 18 avril 1858, empêchent ce souhait de se réaliser. Il avait 45 ans.

Photos | Lettres circulaires | Messages

Xifre 2

Joseph Xifré

Il est né dans une ferme du quartier de Vic (Barcelone) le 18 février 1817. En 1829, il commence sa carrière ecclésiastique dans cette même ville. À cette époque, il n’était pas possible pour quiconque d’être ordonné prêtre en Espagne en raison de la situation de guerre civile. Par conséquent, Joseph Xifré se rendit à Rome en 1839 et logea au couvent de Saint-Basile. Il y rencontre providentiellement le Père Claret qui s’y était rendu avec l’intention de rejoindre la Propagation de la Foi. Le 16 février 1840, il est ordonné prêtre et retourne en Espagne. Son esprit apostolique est très proche de celui de Claret. Très tôt, il ressent le désir de se consacrer à la prédication, en menant une vie pauvre et en voyageant à pied ; pendant plusieurs années, il suit ce style d’apostolat. Avec le P. Claret, il fonda la Congrégation des Missionnaires. Il possédait un talent et une intelligence aigus, était grand et svelte, de teint foncé et d’yeux brillants, tout un caractère. Sous une apparence austère, il cachait un cœur grand et magnanime, imperturbable dans les dangers, ardent entrepreneur. Après la mort du P. Stephen Sala, il fut désigné comme troisième Supérieur général le 1er mai 1858 et occupa cette fonction jusqu’à sa mort. Tant que le Fondateur vivait encore, le P. Xifré le considéra toujours comme le Supérieur, et entretint avec lui une correspondance suivie ; c’est lui qui ordonna au P. Claret d’écrire son Autobiographie. Exilé en France après la révolution, il accompagna le P. Claret pendant les derniers jours de sa vie à Fontfroide, lui donna les derniers sacrements et reçut sa profession religieuse. Dès lors, toute sa vie fut un dévouement continu à la Congrégation, la faisant croître jusqu’à sa plus grande expansion jusqu’au jour même de sa mort, survenue en 1899 à Cervera.

Pictures | Circulaires et messages | Bicentenaire de sa naissance

.

Manuel Vilaro Scaled

Manuel Vilaro

Est né à Vic (Barcelone) le 22 septembre 1816. Il était de petite taille mais d’un port agréable, aimable, gai et modeste. Il fut parmi les premiers à accompagner le père Claret dans ses travaux apostoliques. En raison de ses qualités exceptionnelles, il fut choisi pour la fondation de la Congrégation. C’est lui qui, en entendant la déclaration du P. Claret : “Aujourd’hui nous commençons une grande œuvre”, avec un sourire humoristique, rétorque : “Que pouvons-nous faire puisque nous sommes si jeunes et si peu nombreux ?”. Le P. Claret répondit : “Vous verrez. Si nous sommes jeunes et peu nombreux, plus la puissance et la miséricorde de Dieu brilleront.” Le père Vilaró fut également choisi pour accompagner le père Claret lorsque ce dernier se rendit à Santiago de Cuba en tant qu’archevêque. Là, il travailla sans relâche à la prédication de missions, de retraites et de conférences mais, victime de son grand zèle, il dut retourner à Vic en 1852. Là, à la demande de sa famille, il resta dans sa maison et non avec la communauté ; il le fit peut-être pour ne pas distraire l’attention des missionnaires qui s’occupaient de lui, car ils étaient très peu nombreux. Mais dans son cœur, il était toujours avec eux jusqu’à sa mort, survenue quelques mois plus tard. Dans sa maladie, il était toujours assisté par le P. Clotet dont il mourait très probablement des bras. A cause des derniers événements de sa vie, le P. Xifré le considérait comme exclu de la Congrégation. Le Chapitre Général de 1922 le réhabilita et le remit au même niveau que les autres cofondateurs.

Le P. Claret écrit dans son Autobiographie sur le P. Vilaró (n. 592) : “Je l’ai fait mon secrétaire et il a très bien rempli cette tâche. En plus d’être mon secrétaire, il prêchait et confessait fréquemment. Il était bien éduqué, vertueux, zélé et travailleur. Il est tombé malade et comme les médecins de Cuba ne pouvaient rien faire pour lui, ils ont ordonné son retour en Espagne, où il est mort dans sa ville natale de Vic.”

&nbsp ;

Fabregas Scaled

Dominique Fabregas

Est né à Orís (Barcelone) le 10 juillet 1817. Il était plutôt petit, simple et timide, d’un caractère un peu mélancolique, laborieux, avec une voix claire et pénétrante qui attirait un large public à ses sermons. Comme Xifré, et peut-être en même temps que lui, il dut aussi se rendre à Rome et séjourner au couvent de Saint-Basile. Là, pour la première fois, il eut un contact avec le célèbre “Mosén” Claret, qu’il connaissait très probablement déjà, puisqu’il n’avait que deux ans d’avance sur lui au séminaire. Il fut ordonné prêtre à Rome. De retour en Espagne, il se consacre à la cure des âmes jusqu’au jour où il est appelé par Mgr Casadevall qui l’invite à entrer en contact avec Mosén Claret. Le 16 juillet 1849, il fonde la Congrégation avec Claret et les autres compagnons. Il est conseiller général de la Congrégation. Il est responsable de la fondation de la maison de Ségovie en 1861 et se consacre à la prédication dans toute la région. Il fut également chargé de la fondation de Huesca. Après plusieurs nominations dans toute la Catalogne, déjà avancé en âge, la mort le rattrape à Solsona en l’an 1895.

Jaime Clotet Scaled

Jaume Clotet

Il est né à Manresa (Barcelone) le 24 juillet 1822. Il étudie la philosophie et la théologie à Barcelone, puis se rend à Vic, où il étudie la morale. Il se rendit à Rome, où il fut ordonné prêtre. De retour en Espagne, il occupe divers postes pastoraux mais se rend vite compte que sa vocation n’est pas le soin des âmes. Sur le conseil de M. Passarell, secrétaire de l’évêque de Vic, il rencontre le père Claret, qu’il ne connaît que par ouï-dire. C’était en juin 1849. Il rejoint le Père Claret en juillet pour fonder la Congrégation. Il prend rapidement en charge les premiers Frères de la Congrégation. En 1858, il est nommé sous-directeur général de la Congrégation. En 1870, il accompagne le P. Claret à Fontfroide pendant ses derniers jours et rédige un résumé de sa vie. En 1888, il cesse d’être sous-directeur général et devient secrétaire. Il écrit des livres sur la catéchèse des sourds-muets et promeut la cause de béatification du Père Claret. En 1898, il meurt dans la maison de Gracia (Barcelone) avec une réputation de sainteté. Sa cause de béatification est introduite à Rome.

Bref portrait d’un biographe : ” aimé et vénéré de tous, infatigable forgeur de sa propre perfection chrétienne et religieuse ; soucieux du bien-être de chacun ; qui passa par la terre en laissant derrière lui un doux parfum de sainteté. Il n’avait pas le moindre ennemi”.