LE VÉNÉRABLE MARIANO AVELLANA, UN EXEMPLE AU MILIEU DE LA PANDÉMIE

Mar 18, 2021 | Causes des saints, Famille Clarétaine, Mariano Avellana, MICLA, San José del Sur

Santiago, Chili. Deux mille vingt restera dans l’histoire comme l’année où, sans que l’on sache comment, une “boîte de Pandore” inhabituelle a été ouverte, laissant libre cours à tous les maux possibles. Il ne passera pas inaperçu que cela s’est produit au moment même où l’on débouchait les bouteilles étincelantes et où une pyrotechnie éblouissante explosait dans le ciel de la planète. Car dans la nuit du 31 décembre 2019, la Chine a annoncé que des humains avaient été infectés sur son sol par une nouvelle souche de ” coronavirus ” -jusqu’à aujourd’hui d’origine incertaine- générant une maladie au pouvoir infectieux et à la mortalité dévastateurs: le Covid-19.

Un mois plus tard, 8 000 personnes ont été infectées dans différents pays et, le 11 mars, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré que le Covid-19 était une “pandémie” ou une maladie infectieuse répandue sur une vaste zone géographique.

Parmi les innombrables pandémies enregistrées dans l’histoire, aucune n’a jusqu’à présent atteint la vitesse de propagation, la portée mondiale ou la complexité des conséquences que le Covid-19 a entraînées. Au point que des analystes de différents domaines s’accordent à dire que l’humanité ne vit pas une ère de changement, mais un changement d’ère.

Mais quel rapport cela peut-il avoir avec le Vénérable Père Mariano Avellana? Nous n’avons ni l’espace ni le temps de tenter de répondre à cette question, mais il est utile de formuler quelques réflexions.

Disposition, engagement et conséquences

La figure de Mariano Avellana a illuminé pendant plus d’un siècle la famille clarétaine – religieux et laïcs – comme un exemple de dévouement retentissant à l’engagement missionnaire, essence du charisme imprimé à ses disciples par le saint fondateur.

Chercher le “visage” ou la volonté du Seigneur dans sa propre existence, le trouver dans l’envoi rédempteur aux “enchaînés” les plus souffrants et impuissants, l’assumer avec un engagement d’abandon plein et total, en offrant sa vie si nécessaire, et l’accomplir jusqu’aux dernières conséquences, résume le style avec lequel Mariano Avellana, à 29 ans, a mis le pied dans un pays inconnu pour y donner 30 ans d’évangélisation inlassable, avec un “héroïsme” que le Pape Jean-Paul II a reconnu en le déclarant “vénérable”.

Au cours de son voyage à travers les routes poussiéreuses, les champs, les villages, les déserts et les montagnes, Mariano a été confronté aux fléaux d’un pays qui faisait ses premiers pas d’une économie agraire basée sur l’exploitation du travail, l’horrible pauvreté, l’injustice et l’abandon de la majorité de sa population, vers une industrialisation naissante et un développement urbain précaire où l’émigration des campagnes multipliait dans les banlieues infectieuses les contagions, les fléaux et les épidémies redoutées.

Telle était la réalité du Chili où les premiers Clarétains se sont installés en 1870 et où Mariano Avellana les a rejoints trois ans plus tard. Ces évangélisateurs de la souffrance connaissaient bien la façon dont des masses de pauvres gens étaient décimées par des fléaux successifs tels que le choléra, la dysenterie, le typhus, la variole ou la tuberculose, dans un pays où l’espérance de vie n’atteignait pas 30 ans.

Les missionnaires se trouvant au milieu d’une telle réalité, il n’était pas rare qu’ils soient infectés. Même le Père Francisco Berenguer est mort en servant ceux qui avaient la variole. Ils avaient un exemple: les compagnons de Claret sont morts contaminés au milieu de l’ardeur avec laquelle le fondateur évangélisait à Cuba. Plus tard, les premiers Clarétains qui ont cherché à s’installer sur l’île ont été décimés par les pestes. Il en fut de même lorsqu’ils assumèrent leur première mission dans le mythique Fernando Póo, aujourd’hui Guinée Équatoriale. Entre-temps, l’herpès douloureux qui a tourmenté le père Mariano pendant vingt ans jusqu’à sa mort, pourrait peut-être l’avoir infecté. La blessure à la jambe, devenue en dix ans une énorme plaie, était peut-être l’œuvre d’une bactérie transmissible, peut-être une variante de ce qu’on appelle aujourd’hui la “bactérie tueuse”.

Les pandémies de la pandémie

Le changement d’époque auquel l’humanité est confrontée aujourd’hui n’est pas seulement la conséquence du coronavirus et de ses mutations croissantes qui, en un peu plus d’un an, ont infecté près de 120 millions de personnes et tué quelque 2,650,000 personnes.

De nombreuses situations concomitantes à la pandémie génèrent jour après jour de nouveaux changements, des crises profondes, des bouleversements politiques et sociaux, des fluctuations économiques imprévisibles, du chômage, de la pauvreté et une faim inquiétante, ainsi que des avancées technologiques transcendantes qui modifieront profondément les systèmes de travail, la vie familiale et sociale, avec des conséquences tant positives que désastreuses. Incertaines sont les perspectives à court et moyen terme de la planète elle-même, attaquée de manière irrationnelle par l’être humain au point de mettre sérieusement en danger sa propre survie.

Face à un panorama aussi complexe, divers analystes concluent que l’humanité n’est pas seulement confrontée aujourd’hui à la pandémie la plus agressive de son histoire. D’une gravité égale ou supérieure seront les conséquences que, comme tant d’autres pandémies, elle génère dans de nombreuses structures sur lesquelles repose la vie des générations actuelles.

Le père Mariano a-t-il quelque chose à dire?

Depuis plus de 30 ans, la famille clarétaine, et en particulier celle de ce coin d’Amérique, supplie le Seigneur de daigner accomplir, par l’intercession du vénérable missionnaire, le miracle complet qui permettra sa prompte béatification. C’est un objectif que la plus haute supériorité de la Congrégation encourage actuellement comme une tâche importante. Ceci en considération du privilège singulier que 184 de ses martyrs du 20ème siècle ont été béatifiés au cours des trois dernières décennies. Mariano Avellana à son engagement missionnaire, dans une sorte de martyre quotidien qui le rendait, comme ses frères martyrs, “missionnaire jusqu’au bout”.

Mais il est raisonnable de clarifier les objectifs visés par la béatification de cet admirable modèle de missionnaire clarétain. L’une des premières est, précisément, de mettre en évidence ses vertus en tant qu’exemple interrogatif d’évangélisateur parmi les plus pauvres, les souffrants et les abandonnés, que ses dévots sont appelés à suivre.

La tâche que la pandémie mondiale et ses conséquences commencent à projeter est encore incommensurable. Les défis augmentent de jour en jour. En plus de nous demander “que ferait le père Mariano à ma place?”, nous devrons tempérer notre esprit, en puisant dans les ressources qu’il a utilisées et dans celles qu’offre le monde d’aujourd’hui. Sans oublier que la curiosité de Pandore l’a amenée à ouvrir sa boîte et à jeter tous les maux possibles dans le monde, mais qu’elle a réussi à la refermer lorsqu’il n’y restait plus qu’un seul bon esprit: l’esprit d’espoir. Depuis lors, la dernière chose à perdre est, précisément, l’espoir.

Alfredo Barahona Zuleta

News Categories

Archives

claretian martyrs icon
Clotet Year - Año Clotet
global citizen

Documents – Documentos