Un Claretáin inspire un roman

Nov 6, 2022 | Arts, Clarétains aujourd’hui, Communication

Un roman écrit par le Colombien Héctor Abad, auteur de romans connus tels que “El olvido que seremos“, vient de paraître en octobre. Le titre de ce dernier roman est “Salvo mi corazón, todo está bien” (Sauf mon cœur, tout va bien). Un roman sur les prêtres écrit par un romancier qui n’est pas très religieux. Il s’agit d’un prêtre, Luis Córdoba, très malade du cœur, qui découvre le charme de la vie de famille grâce à deux femmes qui s’occupent de lui pendant qu’il attend un donneur.

Nous avons voulu faire connaître cette publication car le roman s’inspire de la vie du missionnaire clarétain Luis Alberto Álvarez, bien connu en Colombie et dans toute l’Amérique latine pour ses compétences dans divers arts tels que le cinéma, la musique, etc., qui est mort jeune alors qu’il attendait une transplantation cardiaque. Écoutons l’auteur :

“Le roman s’inspire de la vie et de l’œuvre de Luis Alberto Álvarez, qui était un prêtre magnifique à qui nous, les gens de ma génération, à Medellín, devons beaucoup. Il nous a appris à voir le cinéma avec des yeux alertes, critiques et généreux à la fois. Il nous a aidés à aller plus loin avec la musique classique, la musique la plus sublime qui existe pour moi, et en particulier avec l’œuvre de Mozart, qu’il adorait. Luis Alberto avait deux amours profondes, le cinéma et l’opéra, et il était si enthousiaste et si sincère dans ces passions artistiques qu’il a transmis à beaucoup d’entre nous le même amour de la beauté qu’il y a dans le cinéma et la musique. J’étais un bon ami de Luis Alberto, mais d’autres personnes étaient de bien meilleurs amis que moi, et j’ai donc pu écrire ce livre grâce à ce que m’ont dit ses proches : des membres de sa famille, d’autres prêtres, des amis et des amis très proches qui m’ont aidé avec leurs souvenirs de Gordo. Bien sûr, il y a eu un moment où je ne voulais parler à personne d’autre (de plus en plus d’amis de Luis Alberto apparaissaient chaque jour, car c’était une personne très chère), car sinon le livre deviendrait une biographie, et non le roman que je voulais écrire. Finalement, je n’ai pas voulu en savoir plus sur lui, afin de mieux imaginer le personnage, qui n’est pas exactement Luis Alberto Álvarez, mais Luis Córdoba, un prêtre qui lui ressemble à bien des égards, mais qui est très différent à d’autres. Ce qui diffère le plus de son modèle, c’est peut-être là où ce que je suis, ou ce que j’imagine, se recoupe le plus. L’autofiction n’est pas un genre mais un destin pour quiconque écrit des romans”.

Hector Abad

Il y a deux ans, son livre “Páginas de Cine“, une sélection d’articles que Luis Alberto a écrits dans différents journaux colombiens entre 1976 et 1995 et qui n’avaient pas été publiés depuis 1998, a été réédité en trois volumes.

Img20221103171001 Scaled

Luis Alberto a terminé ses études de théologie au Claretianum de Rome et y a été ordonné prêtre le 20 juin 1970. C’est à Rome que sa passion pour le cinéma s’est éveillée. Il fréquente le cinéforum du père Taddey, un jésuite réservé aux prêtres et aux religieux, et y découvre le néoréalisme italien. Il a appris à connaître les studios de Cinecittá lors du tournage de Médée de Pasolini. Cette passion ne le quitterait plus jamais. Il a rencontré Elkin Obregón, Héctor Abad Faciolince, Carlos Gaviria Díaz. Il a reçu le prix Mundo de Oro du journal El Mundo de Medellín et le titre Honoris Causa en communication sociale et journalisme de l’université d’Antioquia.

Un beau roman inspiré par Luis Alberto Álvarez, un grand frère à nous, qui est mort jeune, à 53 ans, en 1996, alors qu’il attendait une transplantation cardiaque.

Catégories

Les archives

claretian martyrs icon
Clotet Year - Año Clotet
global citizen

Documents – Documentos