Lettre du Supérieur Provincial de Polska – Rapport sur l’Ukraine

Mar 5, 2022 | Polska, Solidarité et Mission

Varsovie, 4 mars 2022

Chers frères et amis :

Tout d’abord, je voudrais vous remercier tous pour votre grand intérêt pour les événements qui se déroulent derrière notre frontière orientale et qui sont liés à la guerre provoquée par la Russie en Ukraine, où les missionnaires clarétains de la Province de Polska sont présents depuis plus d’un an. Un grand merci à tous ceux qui nous ont déjà soutenus financièrement (par exemple la Province de Santiago), ainsi qu’à ceux qui nous interrogent à ce sujet ou qui expriment leur proximité et leur solidarité par la prière et les messages de soutien et d’unité.

Nos confrères polonais servent dans deux endroits en Ukraine. Il s’agit de Truskavets (où ils vivent) et de Boryslav (le village d’où ils viennent). A Boryslav, les Sœurs, Petites Servantes de l’Immaculée Conception (une congrégation fondée en Pologne) travaillent et aident dans l’église et dans la catéchèse. La communauté de Truskawiec est composée de trois missionnaires clarétains : le Père Wojciech Kobyliński (supérieur), le Père Krzysztof Łabędź (supérieur) et le Frère Marcin Kukuś (économe). Ils ont appris le début de la guerre par moi, car je lisais les nouvelles sur Internet dès le matin. Cela montre la puissance des médias modernes : on peut apprendre plus et plus vite sur l’internet qu’auprès d’une personne locale. En outre, l’Ukraine est un grand pays (600 000 km2). La communauté clarétaine vit à l’ouest, et l’attaque russe a commencé à l’est de l’Ukraine.

Nos confrères ont décidé dès le début qu’ils resteraient sur place avec les personnes qu’ils voulaient aider aussi longtemps que possible. En ce qui concerne leur sécurité, leur situation est restée fondamentalement la même depuis le début de la guerre : calme et tranquillité (interrompue de temps en temps par des alarmes). En outre, il existe de nombreux points de contrôle à l’entrée de la ville. Actuellement, les effets de la guerre à Truskavets sont que de nombreuses personnes (femmes et enfants) fuient vers la Pologne, car la frontière polonaise n’est qu’à environ 60 km. Nos confrères aident à transporter de nombreuses personnes, et chaque jour, il y a de plus en plus de réfugiés qui fuient la partie orientale de l’Ukraine déchirée par la guerre. Certains ne viennent que pour un temps – considérant Truskavets comme une étape sur leur chemin vers la Pologne – tandis que d’autres espèrent que c’est ici qu’ils attendront la fin de la tragédie. La situation est vraiment difficile car les Russes attaquent et bombardent des cibles militaires, mais aussi des maisons et des immeubles, des hôpitaux, des écoles et des jardins d’enfants ; comme s’il s’agissait d’une diversion, ils tuent des civils innocents, y compris des femmes et des enfants.

Cette situation a conduit nos confrères de Truskavets, en plus de leur travail paroissial normal, à servir de chauffeurs, transportant des mères avec leurs enfants jusqu’à la frontière polonaise ; ils organisent la distribution de nourriture, de vêtements et de médicaments ; parfois ils donnent une somme d’argent à ceux qui ont fui les mains vides des régions déchirées par la guerre. Les besoins sont croissants, mais l’aide est de mieux en mieux organisée, tant grâce aux autorités de la ville de Truskavets qu’à l’aide de la Pologne et d’autres pays.

Quant à l’aide, elle vient de deux directions : à Truskavets (par l’intermédiaire de nos confrères et de nos religieuses) ; et en Pologne (depuis le début de la guerre, plus de 600 000 personnes ont émigré en Pologne). L’aide est organisée dans nos paroisses et par nos proches collaborateurs et amis. Nos communautés clarétaines en Pologne aident également les réfugiés d’Ukraine en leur offrant un espace de vie dans nos maisons (c’est le cas à Wrocław et à Paczyna ; les communautés de Varsovie et de Krzydlina Mała sont prêtes) et les aident en achetant de la nourriture de base et des produits d’hygiène.

Nous sommes conscients que nos capacités sont limitées, et nous sommes heureux que vous soyez nombreux à nous demander comment vous pouvez nous aider. Cela nous fait très plaisir et nous vous remercions déjà sincèrement pour toutes vos offres d’aide. Nous sommes conscients que la situation actuelle va s’aggraver et qu’elle va probablement durer longtemps. Nous voulons donc apporter notre aide de manière structurée et prudente (en ne donnant pas toutes les ressources en même temps). Donc, si vous voulez et pouvez nous aider, faites-le, avec quelques indications de notre part :

  1. Nous ne pouvons pas garantir une comptabilité détaillée des fonds reçus (la situation de guerre rend cela difficile). Si cela est nécessaire pour apporter une aide, nous sommes désolés, mais nous devrons y renoncer, car en Ukraine, nos confrères n’ont ni le temps ni la force de traiter la documentation de manière détaillée et systématique. La confiance doit être suffisante, même si nous essaierons bien sûr de faire tout ce que nous pouvons.
  1. Vous êtes nombreux à demander des photos. Il est très difficile pour nous de forcer nos confrères à prendre des photos dans des situations de douleur, de souffrance, de privation et de misère. Il existe des personnes, des reporters, qui se consacrent professionnellement à la prise de telles photos ; vous pouvez facilement les trouver sur Internet. Deuxièmement, il est dangereux de prendre des photos ici car tout le monde est hypersensible à l’espionnage et plusieurs espions russes ont déjà été arrêtés. Bien entendu, si nous recevons des photos pour les rendre publiques, nous serons heureux de les partager avec vous.
  1. Nous ne pouvons pas non plus diviser les fonds et, par exemple, faire des photos séparées des articles achetés avec l’argent de la Pologne et des photos séparées des articles achetés avec l’argent de l’Espagne ou de Rome… Veuillez nous excuser pour cela aussi.
  1. Es posible que nos resulte difícil cumplir los plazos establecidos por diversas organizaciones, aunque por supuesto lo intentaremos.
  1. Comme je l’ai déjà mentionné, nous aidons et voulons aider dans deux directions : les réfugiés en Pologne (à l’avenir, ils pourraient être plusieurs millions) et en Ukraine. Si vous voulez que votre argent aille uniquement à ceux qui sont dans le besoin en Ukraine, veuillez l’indiquer avec une note appropriée.
  1. Nous demandons à nos confrères en Ukraine de nous envoyer régulièrement (une fois par semaine) des messages que nous vous ferons suivre. L’un d’entre eux, le Père Wojciech Kobyliński CMF, écrit déjà des messages sur Facebook presque tous les jours et joint des photos, qui peuvent également être utilisées: facebook.com/wojciech.kobylinski.35
  1. Les fonds peuvent être transférés sur le compte bancaire de notre province (compte en euros) :

 

Misjonarze Klaretyni Kuria Prowincjalna

Poborzanska 27, 03-368 Warszawa

IBAN: PL87 1020 1013 0000 0902 0020 9643

SWIFT/BIC: BPKOPLPW

  1. Toutes les données et autres informations nécessaires peuvent être obtenues en m’écrivant directement à l’adresse électronique suivante: prowincjal@klaretyni.pl

Enfin, je vous remercie encore une fois pour votre intérêt, vos prières et votre sens de la fraternité authentique. C’est très important pour nous, surtout pour les confrères qui travaillent en Ukraine. Je demande également des prières pour nos confrères (neuf missionnaires clarétains) qui travaillent en Russie et en Sibérie. Cette situation n’est pas facile pour eux non plus.

Je vous salue au nom du Seigneur.

P. Piotr Bęza, CMF

Supérieur Provincial de Polska

Catégories

Les archives

L’urgence de continuer à prendre soin de la planète

L’urgence de continuer à prendre soin de la planète

New York, États-Unis. Les Nations Unies accueillent ces jours-ci la célébration d'une réunion de haut niveau (HLPF) sur le développement durable et le soin de la Planète à laquelle la Famille Clarétaine participe. Les membres de l'Équipe des Missionnaires Clarétains...

claretian martyrs icon
Clotet Year - Año Clotet
global citizen

Documents – Documentos