Ordination sacerdotale de Charles R. Rolón, CMF: “Ce que j’ai perdu dans ma vie par la peur, je l’ai maintenant gagné dans l’amour”

Juil 20, 2021 | Ordinations, San José del Sur, Santiago, Table d'affichage

Madrid, Espagne. “En présence de Dieu, je sens qu’il est temps de recommencer”, a dit le nouveau prêtre Charles R. Rolón en guise de prière à la fin de la célébration du 16 juillet dernier au Sanctuaire du Cœur Immaculé de Marie de la rue Ferraz, à Madrid. Cette date est toujours pour nous, les Missionnaires Clarétains, un jour de grande joie et signification, puisque c’est le jour où nous sommes nés comme Fils Missionnaires du Cœur Immaculé de Marie, un souvenir reconnaissant qui nous invite à la bénédiction. Cette année, l’ordination sacerdotale à laquelle nous avons été invités multiplie ces raisons qui nous font rendre grâce à Dieu.

“Ces derniers jours, j’ai traversé dans mon cœur tant de lieux, tant de visages, tant de moments pleins de souvenirs que je ne peux que penser que Dieu a toujours été là, m’attendant et me préparant”, a déclaré Rolón. La nouvelle étape missionnaire que le jeune religieux clarétain, ordonné et oint par la force de l’Esprit, vient de commencer, est le résultat d’une expérience éprouvée dans le creuset de la maladie, celle qui lui a fait penser que “sœur la mort” planait autour de lui, prête à prendre sa vie. Puis, se sachant fragile et plus limité que jamais, “j’ai ressenti de manière éclatante la puissance transformatrice de la grâce de Dieu”, avoue-t-il. À ce moment-là, ni lui ni l’équipe médicale qui l’accompagnait ne savaient ce qui allait se passer. Aujourd’hui, il se sent heureusement rétabli. “Ce que j’ai perdu alors à cause de la peur, je l’ai maintenant gagné dans l’amour”, s’est-il exclamé avec exaltation. Et il ajoute: “Pour tout ce que j’ai vécu, je te remercie, Seigneur.

À tout ce qui vient, que ma réponse soit: Fiat, oui, que cela soit fait, mon Dieu”.

“Nous avons maintes fois béni Dieu le Père pour vous, pour votre vocation, pour l’Église qui vous a vu naître et grandir”, a sincèrement accordé le Supérieur Majeur de la Province de Santiago, Pedro Belderrain, dans l’espace laissé par la liturgie d’action de grâce. Ses paroles ont trouvé un écho dans celles de Charles lui-même, qui, en diverses occasions et de différentes manières, a laissé une trace de l’affection de tant de personnes qui, soit depuis l’origine de sa vie missionnaire, dans son Paraguay natal, soit dans le parcours ultérieur de celle-ci, à Aranda del Duero, à Ségovie, au Séminaire Clarétain de Colmenar Viejo ou dans les différentes communautés clarétaines avec lesquelles il a vécu à Madrid, ont partagé sa vie avec lui, l’entourant de soins et le soutenant par la prière. “Sans la communauté, je n’y serais peut-être pas arrivé”, a-t-il rappelé.

Le supérieur provincial a également déclaré: “Tu es arrivé en Espagne nouvellement profès comme un garçon timide qui a osé traverser l’océan pour annoncer l’Évangile […] Et cet après-midi, sans le chercher, Charles, tu as réuni des frères missionnaires du Nord et du Sud, de tous types de service et de ministère, de sensibilités très différentes. Merci encore !” s’est-il exclamé.

Ce n’est pas en vain que la cérémonie a été retransmise sur internet, étant vue de différents pays de trois continents. Un échantillon, sans doute, d’une vie clarétaine appelée à être une semence d’unité, de rencontre et de joie.

D’autre part, l’ordination a été suivie à Madrid par un grand groupe de clarétains de différentes parties de la province, ainsi que par le Vicaire Général, P. Gonzalo Fernández Sanz, et d’autres religieux de différentes provinces clarétaines, y compris celle de San José del Sur. Faisant partie de l’Église Universelle, nous avons également pu compter sur la présence du Card. Aquilino Bocos, et au nom de l’Église en pèlerinage à Madrid, avec le Vicaire Épiscopal pour la Vie Consacrée, le P. Elías Royón. Une mention spéciale sous forme d’applaudissements nourris, à la demande de Charles lui-même, a été accordée aux membres de l’équipe médicale qui l’ont soigné durant les derniers mois de sa maladie et qui ont également voulu l’accompagner le jour de son ordination. “Ils ont sauvé ma vie. Ils ont sauvé ma vie de la mort”, a déclaré Rolón avec émotion.

Mgr De las Heras, évêque et formateur

“Les circonstances dans lesquelles nous sommes plongés après l’apparition de la pandémie parlent d’un changement continu de plans”, a introduit dans son homélie Mons. Luis Angel de las Heras, missionnaire clarétain et évêque des mains duquel Charles a reçu son ordination sacerdotale. “Je pense que c’est l’une des leçons positives que nous apprenons en ce temps, cette découverte où se trouve l’essentiel de chaque histoire, en même temps que nous apprenons à nous dépouiller de certaines choses dispensables.”

“Aujourd’hui, en regardant votre histoire, Charles, nous pouvons chanter avec vous ‘le Seigneur a été grand avec nous et nous sommes joyeux’.”

“Je me souviens encore”, poursuit De las Heras, ancien formateur de Rolón lors de son passage à Colmenar Viejo, “d’un séminariste adolescent, adossé au mur, balai à la main, qui demandait un matin s’il pouvait être missionnaire hors de sa patrie”. Car cette “grande œuvre” que nos fondateurs ont commencée il y a 172 ans, continue avec cette action de grâce au Seigneur”. Ainsi, poursuit l’évêque clarétain, avec des projets modifiés, nous célébrons aujourd’hui cette nomination de l’Esprit, cet événement qui est un motif de joie de savoir que vos désirs les plus profonds sont façonnés par la volonté de Dieu. Tant de gens s’inquiètent que la volonté de Dieu gâche leur vie en changeant leurs plans, alors qu’en fait, la volonté de Dieu ne fait qu’arranger les vies”.

Première messe

Deux jours plus tard, le premier dimanche après son ordination, le père Charles Rolón a célébré sa première eucharistie avec la communauté paroissiale. Il y a souligné son désir de partager avec chacun des présents – y compris ceux qui se sont connectés à distance grâce à la retransmission offerte – ce don très spécial qu’il avait reçu si récemment, “ayant été ordonné pour servir le peuple de Dieu”. Ainsi, dans sa première homélie, il a rappelé son expérience personnelle, “comme un témoignage sincère de foi basé sur mon histoire vocationnelle.”

“Mon identité missionnaire est née d’une rencontre personnelle. Elle a surgi au contact de l’Évangile de Dieu. Ma vocation s’est forgée dès la formation initiale et s’est consolidée comme celle d’un missionnaire clarétain “, a-t-il commencé. “Parce que j’ai ressenti cet appel, j’ai quitté ma terre, mes amis, ma famille et mes connaissances”, a-t-il ajouté.

Grâce à cet enthousiasme d’alors, aujourd’hui le fruit est récolté sous la forme d’une énorme passion sacerdotale ; dans son cas, celle enveloppée dans la générosité de celui qui ne veut que suivre les pas du Christ dans ceux de Claret. “Malgré mes hauts et mes bas, Dieu continue à renforcer ma vocation clarétaine”, a-t-il dit dans ce sens. Pour cela, “le soutien de la famille et de la congrégation est extrêmement important”. ” La vocation ne se construit pas seule, mais à travers des stimuli extérieurs et en étant toujours dans une attitude d’ouverture à Dieu “, a-t-il concédé.

Enfin, “comme nous le présente l’Évangile de ce dimanche, il y a une invitation qui vient du cœur de Dieu”, a exhorté Rolón.

“Nous sommes invités à trouver un endroit calme, paisible et à nous reposer avec le Seigneur. Acceptons cette invitation. Beaucoup de choses accablent les gens : la nervosité, la hâte, les soucis, les affaires… et rien ne nous donne l’harmonie que nous recherchons. Nous avons besoin de nous reposer, de nous reposer avec Dieu. Ce n’est que de lui que peuvent venir à nous cette paix et cette tranquillité. Tel est le message. Ouvrons nos cœurs pour l’accueillir”, a-t-il conclu.

Tiré de © Misioneros Claretianos Santiago Province

 

[envira-gallery id=”101873″]

Catégories

Les archives

claretian martyrs icon
Clotet Year - Año Clotet
global citizen

Documents – Documentos