Un voyage audacieux en Ukraine

Avr 3, 2022 | Clarétains aujourd’hui, Polska

Boryslav, Ukraine. Nous proposons maintenant des informations sur le voyage du Supérieur provincial, de l’économe et du secrétaire de Pologne en Ukraine du 29 au 30 mars 2022 :

Les 29 et 30 mars 2022, avec l’économe provincial, Fr. Tadeusz Lihs, CMF, et le secrétaire provincial, Fr. Łukasz Przybyło, CMF, nous sommes allés en Ukraine. En fait, notre voyage en Ukraine avait déjà commencé plus tôt, car il comprenait l’achat et la préparation des articles les plus nécessaires, non seulement pour ceux qui sont aidés directement par nos frères et les Sœurs (Petites Servantes de l’Immaculée Conception), mais aussi pour l’hôpital de Boryslav et ceux qui sont directement au front (soldats, entre autres). C’est le frère Tadeusz et ses innombrables bénévoles qui s’en sont chargés. Pour certains articles, comme la nourriture, les produits chimiques ou les bonbons, il suffisait de se rendre dans un magasin ou chez un grossiste ; d’autres, comme les fournitures médicales, devaient être commandées à l’avance, et l’achat d’autres encore, comme un générateur d’électricité, relevait presque du miracle, car ils n’étaient tout simplement pas disponibles dans les magasins.

Le “miracle” a consisté à répandre la nouvelle de la nécessité d’acheter un tel générateur parmi les amis (là encore, l’aide de FaceBook a été précieuse) et il s’est avéré que quelqu’un connaît le directeur d’un hôpital qui vient de recevoir un tel générateur et est prêt à le revendre, et pour les besoins de cet hôpital, il pourra être acheté à l’avenir. C’est une preuve supplémentaire de la grande bonté de nombreuses personnes qui essaient d’aider le peuple ukrainien.

Après avoir rassemblé tout le nécessaire, la veille du départ, l’emballage du bus et de la voiture a commencé avec plusieurs cartons : 700 kg de sucre, de gruau, de riz, de conserves, de bonbons ; des médicaments, des désinfectants, des bandages, des torches, des piles, des matelas, des couvertures… (j’espère que je n’ai rien oublié), et au total il y avait presque 2 tonnes de tout ! Grâce à l’aide des bénévoles de notre paroisse de Lodz, l’emballage s’est déroulé sans problème. Après avoir emballé tous les cadeaux, il restait peu de temps pour dormir, car le départ était prévu à 4 heures du matin.

Ponctuellement, à 4 heures, nous avons quitté Łódź en direction du poste frontière de Kroscienko. C’est le plus petit poste frontière et c’est pour cela que nous l’avons choisi : c’est celui qui est choisi par le plus petit nombre de personnes, il y a donc plus de chances de passer la frontière rapidement. Comme prévu, après environ 7 heures de route, nous sommes arrivés au poste frontière. À notre grande surprise, il s’est avéré être encore plus silencieux que prévu. À part une douzaine de tentes et plusieurs organisations d’aide, il n’y avait pratiquement aucune file d’attente du côté polonais ou ukrainien. Nous voici donc en Ukraine.

Étrangement rapidement et sans douleur – comme s’il n’y avait pas de guerre – nous sommes passés sur la route de Boryslav, avec un arrêt pour recharger le bus juste à la frontière. À partir de ce moment-là, nous avons été “escortés” par le prêtre de la paroisse, le père Krzysztof Łabędź CMF. Seules les barricades démantelées à l’entrée des villes et des villages indiquent qu’il y a une guerre. Nous avons remarqué que les noms des villes et des panneaux indicateurs étaient masqués pour qu’il soit difficile de localiser les éventuels “invités” de Russie. À part cela, la paix et le calme, la vie s’écoule paresseusement dans les villages et les villes que nous avons traversés en conduisant.

Les sœurs vivent à Boryslav – notre deuxième paroisse à côté de Truskavets – et c’est là que se trouve le point de déchargement et de rechargement des produits polonais. Une fois de plus, nous avons eu l’occasion d’exercer nos muscles – lors du dernier déchargement. Tout s’est très bien passé : tu peux sentir l’expérience qu’ils ont acquise au cours des dernières semaines. Sœur Teresa s’est vantée que son record pour décharger 20 tonnes d’un camion était de 3 heures. Toutes les choses sont rangées selon leur utilité : certaines pour les réfugiés qui vivaient à Boryslav et Truskavets, d’autres pour les hôpitaux, d’autres encore pour les soldats au front ou pour les civils qui y sont restés ; et bien sûr des générateurs pour l’hôpital et pour nos frères.

Ensuite, nous sommes allés à Truskavets pour l’Eucharistie ; puis nous avons déjeuné et fait une petite promenade. Pour ceux qui ne le savent pas : Truskavets est une ville thermale, avec de nombreux sanatoriums, qui pendant la guerre ont été transformés en hôtels pour les réfugiés les plus riches d’Ukraine orientale. Nos confrères disent qu’aujourd’hui tous les sanatoriums sont pleins : 35 000 personnes. Cela peut aussi être vu dans les rues. Mais ici, tu ne vois pas vraiment qu’il y a une guerre en cours : les magasins et les restaurants sont ouverts ; tu vois des files d’attente pour le café ; beaucoup de poussettes paresseuses. Le fait qu’il y ait une guerre a été rappelé par le son des sirènes qui signalent de temps en temps une roquette tirée quelque part. Ces avertissements sonores nous impressionnent beaucoup, nous les entendons tout le temps, mais à part nous, personne ne s’en soucie trop. Bien que chaque personne, au fond d’elle-même, soit sûrement piquée par le fait qu’une autre fusée s’envole de Russie ou de Biélorussie pour tuer des innocents, des compatriotes…

Dans l’après-midi, nous avons rencontré Yura, un Ukrainien qui, il y a quelques années, était au noviciat de notre congrégation et qui sert maintenant dans l’armée ukrainienne. Il y a quelques jours, il a été blessé et emmené à Truskavets pour une convalescence. Quel petit monde… En allant à sa rencontre, j’ai pensé que Yura était probablement dévasté ou attristé par ses blessures, et le voilà devant nous, un homme souriant qui dit d’une voix confiante que, dès qu’il sera rétabli, il retournera au front pour continuer à se battre. Il ajoute d’une voix confiante : “Nous allons gagner, car ce n’est pas nous qui avons commencé cette guerre et nous sommes chez nous”. La conversation a duré longtemps : sur la vie au front, sur la façon dont il a été blessé, sur la foi, sur l’avenir, sur sa mère qui apporte héroïquement de l’aide à la ville de Sumy. Nous avons également parlé à un homme plus âgé, Nicholas – également un soldat blessé – qui vient de Mariupol. Il a dit que sa femme ne voulait pas partir et qu’il est allé se battre. Lorsque nous lui avons dit que nous étions prêtres, il a déclaré qu’il n’était pas croyant ; cependant, il s’est croisé et a dit que sa grand-mère l’avait baptisé, et que c’était une femme forte et sage. Comme nos grands-mères, n’est-ce pas ?

Après une journée exceptionnellement longue et mouvementée, nous sommes rentrés à la maison et avons discuté un moment avec nos frères. Nous sommes très encouragés par leur engagement, leur dévouement à aider les réfugiés, mais aussi par leur déclaration de ne pas bouger, quoi qu’il arrive.

La nuit s’est écoulée avec le bruit de la pluie qui tombe et des sirènes qui hurlent de temps en temps, dans l’obscurité totale, car il y a un black-out obligatoire dans la ville – après minuit, toutes les lumières de la ville sont éteintes pour qu’il soit plus difficile de les repérer lors d’une éventuelle tentative de raid aérien.

Le matin, nous sommes partis pour Boryslav, où nous avons enregistré des vidéos et pris des photos ; puis l’Eucharistie et un voyage à l’hôpital pour enfants, où nous avons fait don du fameux générateur électrique. Pour nous, c’est “juste” un générateur, mais pour le personnel médical et les patients, c’est une question de vie ou de mort dans la situation actuelle. Même le maire adjoint de la ville est venu nous remercier personnellement pour ce cadeau. Cela a également été filmé – Dieu merci, nous avons pu être une extension des mains de tant de personnes généreuses !

Nous faisons nos adieux à nos confrères et aux Sœurs, car il est temps de partir pour notre voyage de retour. Adieu, Ukraine ! Ou plutôt, “à bientôt”, car certains d’entre nous prévoient de venir avec un autre “lot” de cadeaux.

Bien que nous ayons été en Ukraine pendant moins de 24 heures et que nous n’ayons pas vu la vraie guerre depuis le front, beaucoup de gens à qui nous racontons ce voyage nous voient comme des sortes de héros, ce que nous ne sommes pas. Les héros sont ceux qui sont restés sur place, combattant les envahisseurs russes. Les héros sont le personnel médical, les innombrables nonnes et prêtres, et les gens ordinaires qui risquent leur vie pour acheminer des biens essentiels dans les zones de combat. Les héros sont ceux qui transportent les femmes et les enfants hors des villes bombardées, souvent au péril de leur vie, car les Russes tirent aussi sur les civils, par exemple ceux qui font la queue pour acheter du pain. Ce sont les histoires que nous racontent les conducteurs ; nous les connaissons aussi grâce aux nouvelles. Ce sont les histoires racontées par les Sœurs Clarétaines et les Clarétains qui rencontrent chaque jour les témoins de cette tragédie.

Un grand merci à tous ceux qui nous ont permis d’y aller, c’est-à-dire tous les donateurs et les laïcs de la CMF. Nous tenons à remercier tous les bénévoles qui, malgré leurs tâches quotidiennes, ont donné de leur temps libre pour acheter, trier et emballer toutes les marchandises que nous avons emmenées en Ukraine. Enfin, nous remercions ceux qui sont en première ligne : les Sœurs, nos frères et tous les responsables des villes de Boryslav et Truskavets qui coordonnent les activités de manière si efficace.

C’est bon de voir et de savoir combien de bonté émane de tes cœurs. Merci à Dieu pour vous tous.

P. Piotr Bęza, CMF, Provincial de Pologne.

Catégories

Les archives

claretian martyrs icon
Clotet Year - Año Clotet
global citizen

Documents – Documentos